google maps :
perdu sur le campus ? tu pourras trouver une carte ici, pour t'aider à te repérer !

happy hour :
de 1h à 5h, les rps postés comptent doublent ! faites vous plaisir, nos petits insomniaques préférés.

ultimate list :
vous vous êtes toujours demandé quel pnj était pris à quel moment, avec qui ? vous avez la liste des rps pnj en cours ici, désormais.

aller en hautaller en bas

avatar
Arrivée : 12/10/2018
Messages : 10
Avatar : akira fudo - devilman crybaby;
Crédits : j'vais pas vous cacher que j'ai quelques petits talents en totoshop;
Logement : le galet blanc;
Cursus : sport;
Occupation : vendeur dans un burger vegan;
Date de naissance : 10/05/1999
Age : 19
je mange vegan, je suis vegan, je respire vegan
Pts : 125
Voir le profil de l'utilisateurhttp://ojisatsu.forumactif.com/t518-so-vegan-ready

ma vie n'est qu'ambiguïté - ADRIEL

le Dim 28 Oct - 0:05
MA VIE N'EST QU'AMBIGUITE - Adriel

Tout le monde pense que ton cursus n'est qu'une glanderie, que ça n'a rien d'intelligent ou de scientifique, c'est encore moins philosophique ou quelque chose qui peut révolutionner le monde. Ton cursus ne concerne que le sport, mon cher Sinan. Pourtant, tu adores pratiquer pour rendre ton corps plus fort, plus puissant. Tu analyses les limites du corps humain, la manière dont il bouge et s'exprime en fonction d'un effort. Les personnes qui osent sortir que ton cursus n'est qu'une merde ? Qu'ils aillent tous en enfer, ils ne savent pas de quoi ils parlent ... D'ailleurs, ça te fait pleurer rien que d'y penser. Tu essuies rapidement tes larmes alors que la fin de journée commence à pointer le bout de son nez. Par habitude, tu te diriges vers le centre littéraire afin d'aller squatter le club de théâtre. Tu ne pratiques pas forcément mais t'es plutôt du genre à donner des conseils lorsqu'il s'agit de faire des déplacements sur scène. Un corps s'exprime autant qu'une parole ou qu'une expression, et tu te dis que le club théâtre avait besoin de ton aide. Alors tu marches tranquillement : jean, basket, veste rouge type "je-suis-un-gyrophare-parceque-c'est-voyant" et capuche sur la tête car le temps commençait à devenir désagréable pour ne pas dire froid.

- Atchiim !!

Ah bah voyons Sinan, tu commences déjà à tomber malade ? C'est pas tellement le moment car une belle compétition de natation t'attendait la semaine prochaine. Qu'importe, tu commences à trottiner jusqu'à pouvoir rentrer dans le bâtiment des grands philosophes. Enfin, des littéraires et artistes incompris, on peut traduire ça de cette manière aussi. Te voilà dans le hall et quelque chose te perturbe : tu ne voyais personne aux alentours. Est-ce qu'il y a une réunion spéciale intello qui a lieu quelque part ? Les gens se sont-ils faits kidnapper ? Manger ? Ou bien c'était fermeture exceptionnelle des clubs pour cause de grève ? Ah non c'est vrai, tu n'es pas en France ici.

- EHOOOOOO !! Y'a quelqu'un ?

Tu commences à bouger dans les couloirs avant de rejoindre la salle de ton club. Mais quand même : c'est flippant de ne voir personne autour de toi ... ça te fout même la chaire de poule.

- Si c'est une blague, c'est pas très rigolo hein.
avatar
Arrivée : 16/10/2018
Messages : 15
Avatar : Abel - Starfighter
Crédits : Affi-chu.
Logement : Azalées
Cursus : Langues - Sportif
Occupation : Bibliothécaire
Date de naissance : 19/08/1994
Age : 24
I hate everything about you, why do I love you
Couleur : #A9BCF5
Thèmes : https://youtu.be/XpkF_Wa6UXs
Pts : 143
Voir le profil de l'utilisateur

Re: ma vie n'est qu'ambiguïté - ADRIEL

le Dim 28 Oct - 0:33
Lassantes journée d'études, adorable fin d'après-midi de plaisir. Vagabond de ton univers, marche solitaire, se faufiler entre les différent club pour chercher le plus chaleureux, c'est en lente danse que le théâtre avait été ta destinée.

Après quelques corrections sur tes copies, quelques cours suivit sans être endormis, le passage à la bibliothèque pour tes heures accomplis, maintenant le repos et la chaleur était à la demande de rendez-vous dans ce club de théâtre ou ne régnait qu'une certaine magie.

Adriel de ton nom, étudiant d'un bon cursus littéraire, suivant quelques matières sportive, tu vivais une vie que l'ont pouvais qualifier de parfait si le superficiel était la chose quémander. Mais voilà, rien n'était aussi doux qu'un passé tumultueux. De vagues souvenirs de ton enfances et de ton passé, les quelques problèmes rencontré, un simple noir s'était alors installé pendant que, lové dans un pull de laine blanche, tu t'enroulais. La demande de la chaleur avait été trop forte, et te voilà à présent en boule sur un fauteuil de ces grandes rangées devant la scène à l'odeur apaisante. Le bois et le velours avait quelque chose de particulier à tes yeux et ton touché, c'est avec un sourire que finalement, tu te laissais aller.

Livre ouvert sur tes genoux découvert, concentré en chantonnant une mélodie d'antan, c'est une voix qui finissait par te sortir de tes songes lorsque sa plainte fut formelle. Une voix familièrement inconnu, tu savais la reconnaître sans en connaitre le destinataire. Aimer ou détester, une limite entre les deux, l'intimité bafoué, une ambiguïté dégainé.


« - Tu n'es pas tout seul... S'il te plait, moins fort. »

Mauvaise idée avait été de te levé, par ce fait, un frisson particulier t'avais traversé pendant qu'avec une certaine rapidité, tu reprenais place dans ton cocon formé. La chaleur, oui, tu l'avais enfin trouvé. Jusqu'à sa venue... Il allait le payer.
avatar
Arrivée : 12/10/2018
Messages : 10
Avatar : akira fudo - devilman crybaby;
Crédits : j'vais pas vous cacher que j'ai quelques petits talents en totoshop;
Logement : le galet blanc;
Cursus : sport;
Occupation : vendeur dans un burger vegan;
Date de naissance : 10/05/1999
Age : 19
je mange vegan, je suis vegan, je respire vegan
Pts : 125
Voir le profil de l'utilisateurhttp://ojisatsu.forumactif.com/t518-so-vegan-ready

Re: ma vie n'est qu'ambiguïté - ADRIEL

le Dim 28 Oct - 0:55
MA VIE N'EST QU'AMBIGUITE - Adriel

Tu regardes dans chacun des salles où la porte n'était pas verrouillée. Les portes grincent comme dans les films d'horreur et ça ne te laissait pas indifférent : au contraire. T'en tremblais légèrement parce qu'en plus de ça : c'était presque la fin de journée, heure d'hiver donc la nuit est vite tombée. Cette situation ne t'arrange pas mais tu ne dois pas fuir. Tu te décides enfin à aller au club de théâtre  parce que t'étais parti pour aller là-bas de base. Tu ouvres la porte et tu continues à hausser le ton de ta voix.

- HEY LA TEAM THEATRE. Vous jouez à un jeu de cache-cache ou ça se passe comment ?

A peine rentré dans la salle qu'une voix divine résonna dans la salle, te demandant gentiment de baisser d'un ton parce que tu n'étais pas seul.

- HIIIIIIIIIIII !!!

Et c'est ainsi que les premières larmes coulaient le long de tes joues, celle d'une peur beaucoup trop ... faible pour être une réelle peur. Non en fait si, c'était flippant parce que tu rentres déjà dans une salle immense : tu ne vois personne depuis que t'es là et d'un coup, il y a Dieu qui veut communiquer avec toi. Ou Satan, ou le fils de la mère de Satan, au choix. Alors ton coeur n'a pas attendu pour tourner 300 fois et te faire perdre équilibre. T'inspires un bon coup avant de te relever et de chercher l'auteur de cette voix. Droite, gauche, haut, bas, re à gauche et bingo : t'avais trouvé la personne suspecte qui venait de te faire faire une crise cardiaque de niveau 2. Alors tu t'approches de lui comme une racaille (même si mentalement, tu ne savais pas en être un).

- Mais euh, hein ? Ca va pas de me faire peur comme ça ? J'ai cru que c'était un esprit malveillant, ou une connerie de ce genre. En plus avec tes cheveux blancs comme neige ... Y'a de quoi flipper.

Quelle violence, Sinan. T'as failli lancer un "baisse-toi quand j'te parle" mais ... Non, ça le fait pas.

- Puis d'où je peux pas faire de bruit puisqu'il n'y a PERSONNE ICI ? C'est pas logique. Et puis c'est le club de théâtre ici, donc c'est logique qu'il y ait du bruit, de la voix, de la vie et de l'émotion. C'est pas un cimetière.

T'as dû mal à te remettre de ta petite peur éphémère, à tel point que les émotions que tu ressens sont multipliées par 5 (environs).

- D'ailleurs, vu que t'es là : pourquoi y'a personne aujourd'hui ? Puis attends ... Tu fais pas parti du club en plus.

Ca va ? Ton cerveau commence à réfléchir correctement Sinan ?
avatar
Arrivée : 16/10/2018
Messages : 15
Avatar : Abel - Starfighter
Crédits : Affi-chu.
Logement : Azalées
Cursus : Langues - Sportif
Occupation : Bibliothécaire
Date de naissance : 19/08/1994
Age : 24
I hate everything about you, why do I love you
Couleur : #A9BCF5
Thèmes : https://youtu.be/XpkF_Wa6UXs
Pts : 143
Voir le profil de l'utilisateur

Re: ma vie n'est qu'ambiguïté - ADRIEL

le Dim 28 Oct - 22:34
Peu paniqué pour un sou, te voilà énervé d'être ainsi dérangé dans une lecture passionné. Toi qui étais si bien installé, tu finissais par souffler avant de fermer les pages de ton livre favoris, finissant ainsi par te retrouver debout sur tes deux pieds. Certes, tu ne dépassais pas le mètre soixante-dix, mais de ton caractère, il savait en mesurer le double. Agacement et fantaisie, lorsque cet homme aux charisme de vilain entrait dans ton champ de vision, ses paroles pleines d'entrain résonnant dans une oreille sourde que tu te forçais à avoir, tu regrettais d'avance ta venue ici.

Son nom, tu ne le connaissais pas vraiment, ou peut-être l'avais-tu volontairement effacé de ta mémoire, mais ce n'étais pas ça qui allait t'aider. Moral sur papier, voilà qu'il te récitait de nombreuses chose qui ne savais t'intéressé. Tu avais cherché un unique coin de tranquillité, mais le voilà bafoué par ce bougre d'être indiscipliné. Aucune excuse ou questionnement raisonnable, seul sa petite personne semblait l'intéressé, et toi, tu ne pouvais que faire une croix sur cette sensibilité.

C'est avec une voix calme, douce et contrôlé que tu finissais par te prononcer, à l'inverse de lui avec sa voix rauque et bien trop bruyante à ton goût.


« - J'ai demandé à profiter du calme et de l'atmosphère de la pièce pour pouvoir enfin lire sans être agacé. La bibliothèque était bondé. Je pense avoir répondu à tes question, maintenant, si tu pouvais baisser d'un ton tu serais gentil de le faire. Ici ce n'est pas une garderie. »
Contenu sponsorisé

Re: ma vie n'est qu'ambiguïté - ADRIEL